• L'équipage

    Marion et Malou Delplancke sont deux sœurs : l'une est metteure en scène diplômée de l'ENSATT et l'autre est normalienne et docteure en éthnobiologie En 2008, elles fondent ensemble leur compagnie, Le Marlou, animées d’un désir commun: faire dialoguer l’art et la science pour réfléchir collectivement au monde qui vient, dans un jeu d’inspiration mutuelle.

    Les scientifiques questionnent le réel par un outillage d’objectivations et d’expérimentations. Les artistes posent des questions en partant de leur sentiment, de leur subjectivité, de leur émotion. Le travail du Marlou se situe à la rencontre de ces deux processus créatifs, et cherche à renouveler nos imaginaires, nos représentations, nos utopies.

    Chaque création invente un processus de répétition comme un nouveau protocole d'investigation du réel. Nous nous entourons pour cela d'une équipe à géométrie variable selon les créations (scénographe, musiciens, artistes interprètes, créateurs sonores)

    A partir de questionnements qui s’ancrent profondément dans la réalité contemporaine, nous cherchons les espaces de rencontre dans les interstices, hybridant les connaissances et les disciplines pour créer du nouveau. La recherche suggère de nouvelles formes à l’art, et l’artiste fait avancer la recherche en formulant les questionnements qui surprennent les scientifiques.

  • Marion Delplancke

    actrice et metteuren scène

    Formée à l’ENSATT au sein de la promotion mise en scène dirigée par Anatoli Vassiliev avec qui elle travaille pendant quatre ans. Au cours de la formation, elle aborde les dialogues de Platon et les textes de Tchékhov, principalement LesTrois Sœurs. Elle travaille aussi sur Dostoïevski, Genet, Claudel, Gogol, Gabily. Elle participe en tant qu’assistante auprès de Declan Donnellan à la création d’Andromaque de Racine aux Bouffes du Nord et auprès de Lambert Wilson à la Fausse Suivante la de Marivaux.
    Elle fonde sa compagnie le Marlou théâtre implantée à l’île d’Yeu au sein de laquelle elle crée un conte musical et un opéra-pêche « Vaille que vaille ».
    En collaboration avec David Jauzion Graverolles, elle met en scène Les étourdis du bateau à
    partir de la Surprise de l’amour et travaille sur le Décaméron de Boccace.
    En tant qu’actrice, elle joue Lisa dans Diables, une création de Giampaolo Gotti à partir des
    Démons de Dostoïevski et Junie dans Britannicus mis en scène par Tatiana Stepantchenko.
    Sur le plan pédagogique, elle intervient à l’université d’Angers et est professeur d’art
    dramatique aux conservatoires du XVème et du XXème arrondissement à Paris depuis 2010.
      

    Malou Delplancke

    actrice et metteur en scène

    Née en 1984, elle effectue ses études à l’Ecole Normale Supérieure. Après avoir obtenu l’agrégation de biologie, elle décide de partir à la recherche de rencontres et d’interfaces possibles entre les Sciences et les Sciences humaines. Après avoir effectué une maitrise en Histoire et Philosophie des Sciences, et un DEA en Anthropologie de la Nature au Muséum National d’Histoire Naturelle, elle a allié ces deux approches dans le cadre de sa thèse (2011) sur les rapports Homme-Nature. Ce travail interroge les dynamiques sociales et biologiques du processus de domestication et est un dialogue entre la biologie et l’ethnobiologie. Parallèlement, Malou a toujours mené une activité théâtrale, d’abord au théâtre des Quartiers d’Ivry d’Antoine Vitez à l’adolescence, puis dans les conservatoires d’art dramatique du 5ème et du 13ème arrondissement à Paris. Au cinéma, elle a travaillé avec Maud Alpi (Lucas sur Terre, 2008) et David Kremer (L'étoile du Matin). Entre science et création, Malou a choisi de ne pas choisir. C’est au travers de la confrontation entre ces deux approches, scientifiques et artistiques, qu’elle cherche à décrypter, investiguer, expérimenter le vivant comme un processus, pour en faire une matière à modeler, penser, et créer.

    Marie Nicolle

    actrice et metteur en scène

    Formée au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique. Au théâtre, elle a joué dans Les Enfants d’Edward Bond et dans La Coupe et les lèvres de Musset mis en scène par Jean-Pierre Garnier, dans Les Juives de Robert Garnier mis en scène par Eric Génovèse, dans Meurtre d’ Hanokh Levin mis en scène par Clément Poirée, dans Macbeth de Shakespeare mis en scène par Matthew Jocelyn, dans Les Chants de Maldoror, Premier Chant de Lautréamont puis dans l'Etat Sauvage d'après Rimbaud mis en scène Thibaut Corrion, dans Le Mental de l’équipe d’Emmanuel Bourdieu et Frédéric Bélier Garcia mis en scène par Denis Podalydès et Frédéric Bélier Garcia, dans Un Miracle Ordinaire d'Evgueni Schwartz mis en scène par Laure Favret ainsi que dans L’ Acte Inconnu, écrit et mis en scène par Valère Novarina. Elle a également travaillé avec Pauline Bureau pour Dix, Un songe, une nuit d’été, Embarquement 5’32’’, 5mn avant l’aube, Roméo et Juliette, Lettres de l'intérieur, La Disparition de Richard Taylor, Roberto Zucco, Modèles et La Meilleure Part Des Hommes.

    Anne Gaëlle Champagne

    scénographe

    Après des études d’arts appliqués et d’arts du spectacle, elle suit la formation de scénographe à l’Ensatt. Elle travaille pour le théâtre, l’opéra et réalise des installations comme Ciel en Demeure (Fête des lumières de Lyon). En 2008, elle travaille avec Anatoli Vassiliev sur toutes les scénographies des Platon-Magritte et de L'Impromptu de Versailles présenté au Festival In d’Avignon. A cette occasion, elle collabore avec Marion Delplancke.
    Par passion pour les décors en bois et la charpente, elle suit pendant une année des études techniques en construction bois qui lui permettront de travailler autant pour le pérenne que pour l’éphémère.
    Depuis 2009, elle collabore avec le Marlou Théâtre, dessine, construit et régit les scénographies de plein air, en bord de mer, à bord d’un chalutier, sur les plages, au bout d’une calle, au gré des marées… mais également en salle ou sous chapiteau.
    Elle illustre aussi les livres publiés par Le Marlou (Pic qui court, 2010, Vaille que vaille, 2013).

    Léa Moreau

    chanteuse et compositrice

    Léa Moreau aborde la musique par le chant classique, pratiqué depuis l’adolescence, à la Maîtrise Boréale puis au Conservatoire de Lille. Venue à Paris en 2010 pour intégrer le Département Supérieur pour Jeunes Chanteurs du Conservatoire Régional de Paris, elle poursuit une licence de musicologie à la Sorbonne. Attirée par la composition et la musique électronique, elle rejoint les classes de composition électronique d’Octavio Lopez au conservatoire du 20e arrondissement et celle de MAO avec Pierre Doursout, au conservatoire du 18e arrondissement, puis commence un master de Création Musicale et Sonore à l’université Paris 8. En plus de ses créations personnelles, elle participe à divers projets : Compositions pour la chorégraphie « Déclinaisons » par la compagnie DEM, concert en l’honneur de Marguerite Duras avec la pièce « La Dépersonne » composée avec Florent Lucet. En collaboration avec Nicolas Charbonnier, elle crée la bande sonore de la vidéo «Physis » de Stephanie Carranza, pour le magazine en ligne « Sleek ». Elle compose également pour les vidéos « Dire le Monde » de Manon Giacone et «AMaelström » de Pierrick Greibill.

    Elle fonde le duo de chant et électronique DIS/MAZE avec la chanteuse et multi instrumentiste Akemi Fujimori. Elle rencontre Marion Delplancke en 2015 et participe en tant que musicienne à son atelier Interconservatoire Analyse-Action, pour la création « Drowned Fool Mad, or what you will » autour de « La Nuit des Rois » de Shakespeare, puis aux créations de Moby Dick et Amamonde.